Introducing the adidas Originals ‘Paris’ | Now Available

For the launch of the adidas city series ‘Paris’, we met with local Parisian vintage enthusiast Pipaul. Pipaul has worked across industries like fashion, then into the music industry before returning to his true first love, vintage.

We sat down with Pipau to talk about shoes, music, his life and how he has seen his love and passion evolve over the years in Paris.

Originally making its way into the adidas ranks in 1978 the adidas Paris comes dressed in a soft supple leather in the French red, white and blue colours sat on top of a low profile non slip sole unit. 

Launching in-store in London and paris and online on Friday 28th august (available online from 8AM GMT). Sizes range from UK6 – UK12, priced at £75 / €100. 

Hi Pipaul, thank you for being with us today. Can you introduce yourself?

Hi everyone, my name is Pipaul, I am 57 years old and I’ve been working for a vintage store for quite a while now called Hippy Market.

Can you tell us about your background?

Before vintage I worked in clothing, I worked for Diesel for 7 years, I was in charge of communication and brand image for France. I stopped working in fashion and worked in nightlife. I was a promoter and organizer of Hip-Hop parties in an elite place that still exists today, Les Bains, Paris. We did that for ten years with all the groups like Double H, Cut Killer, DJ Abdel and DJ LBR. What was good about that time was that it was easy to book artists, in particular US artists. Thanks to the notoriety of these parties we had the opportunity to organize showcases of big US artists like Jay-Z, Puff Daddy, Destiny Childs and we even had the Sugarhill Gang, when they came and it was something extraordinary. It’s a period that went from 1993 to the early 2000s. At that time, hip hop was considered a bit of a “gangsta” movement, so with the parties that we did we brought these guys back to different circles in Paris.

What do you think of hip-hop in the nightclub industry today ?

Hip hop is completely out of the sphere today. In all the clubs there is hip hop now. Even those who don’t like it listen. Hip hop has become “popular” music somewhere, even though there are sounds that are more “underground” than others, it has become popular. As there was a phenomenon of Disco and Funk, there is that of hip hop today.

Today all the rappers who come to Paris will come to do a showcase at the Bain Paris and that’s great! Back then it was hard to get booked into a club when you were a rapper, that’s not the case at all today.

So do you follow what’s going on in the music world and the nightlife right now?

No. I’m past the age. I have turned the page, we have to make room for young people! I’m over the nightlife now. I still have my little sin, it’s vintage fashion. This is my first love!

How did you go from high end fashion, to nightlife, to vintage?

It’s all compatible. In the evenings, you need to look good. So, you have to go get some clothes, even sport fits.

So where does your passion for vintage come from?

I have always been close to true values from brands. That is, when I was younger, there was disco, and I liked the “Jerk”. My parents have always listened to old music. It’s a culture in itself. When I was just a kid, I used to see my dad dress and I thought he looked sick! These days I dress like him when he was young, I have this taste to go against the grain of what’s being done.

And what do you think of this comeback of Vintage today?

Honestly, what we see today is not vintage. I mean, It’s vintage for a certain class of people. You have to tell yourself that Vintage is “20 years old”. Every 20 years the garment becomes vintage. I prefer the “antique”. Vintage now kids wear 80s-90s stuff. I wore these clothes back then. I prefer to wear things that I have never been able to wear, like the 20’s, 30’s, 40’s, 50’s, 60’s. That’s what attracts me, all this cinematic aspect, it’s something that marked me in my youth.

How do you wear these clothes nowadays?

We must re-adjust. You can’t wear 1920’s clothes like that for example. I can wear elephant leg jeans but not like in the 70s. I’m going to adapt it so it’s not too extravagant. I’m looking for the classic’s of that time, but not the eccentric side. Someone who crosses my path may find me eccentric because of bling bling and all but deep down inside it’s very simple. I try to cultivate the difference.

What about sneakers in all of this?

I am in awe of sneakers today. It’s not in my culture and I accept it because I have this fashion sensibility. I understand the trick and at the same time no. In the sense that in my day basketball shoes were for playing sports, but nothing prevents me from wearing sneakers today. I can wear a nice suit and a pair of sneakers, I can understand that. I saw the rappers back in the day with great Jordan sneakers and suits, I find that extraordinary. They made a difference to the basic, classic side. They brought something to fashion, sneakers brought something very important to fashion and has its place in this environment. You can be a star, dressed and wear a pair of sneakers. Before we didn’t even want people to come into a club in sneakers and now it’s completely normal.

So have you experienced this sneakers transition from sport to lifestyle?

It was an amazing thing. It’s like hip hop when it started, nobody believed it. This development is part of the evolution of fashion and people. Look at how people are dressed on the streets now. Sometimes you wonder how he thought about it, how they decided to put that together the way they did. Basketball was the same mechanism of evolution. I see my daughter who is 18 years old wearing sneakers with a dress. I say to myself “yes this is class, I love that”, I love to see that, this evolution interests me a lot. That’s also great too because it brings sneakers to the cities. Basketball made a real difference and that’s what I love, I’m all for it. Now everything you see in the suburbs you see in the 16th (rich Paris neighborhood).

Thanks for speaking with us Pipaul !


A l’occasion de notre shooting adidas City Series Paris, nous avons rencontré Pipaul. Pipaul a travaillé dans le monde de la mode, puis celui de la nuit avant de revenir à son véritable premier amour, le vintage. Retrouvez son interview ci-dessous.

Bonjour Pipaul, merci d’être avec nous aujourd’hui. Est-ce que tu peux te présenter ?

Salut à tous, je m’appelle Pipaul, j’ai 57 ans. Je travaille pour un groupe de vintage depuis pas mal de temps maintenant, Hippy Market.

Tu peux nous parler de ton parcours ?

Avant le vintage, j’ai travaillé dans le vêtement. J’ai travaillé pendant 7 ans chez Diesel, je m’occupais de la communication et de l’image de la marque en France. Et après ça, j’ai arrêté les vêtements et j’ai travaillé dans le monde de la nuit. J’étais promoteur et organisateur de soirées Hip Hop dans un endroit d’élite qui existe toujours aujourd’hui, Les Bains Paris. On a fait ça pendant une dizaine d’années avec tous les groupes genre Double H, Cut Killer, DJ Abdel, DJ LBR. Ce qui était bien à cette époque c’est que c’était facile de booker des artistes. Notamment des artistes US. Grâce à la notoriété de ces soirées, on avait la possibilité d’avoir des showcases de gros artistes US comme Jay-Z, Puff Daddy, Destiny’s Child. On a même eu les Sugarhill Gang, les vieux de la vieille. Ils sont venus et c’était quelque chose d’extraordinaire. C’est une période qui allait de 1993 au début des années 2000. A cette époque, le hip hop était considéré comme un mouvement un peu « gangsta », nous avec les soirées qu’on faisait, on a ramené ces gars dans des milieux « d’élites » à paris.

Et ton regard sur le hip hop aujourd’hui ?

Le hip hop est complètement sortie de cette sphère-là aujourd’hui. Dans tous les clubs, il y a du Hip Hop maintenant. Même ceux qui n’aiment pas ça en écoute. Le hip hop est devenu quelque part une musique « populaire », même s’il y a des sons qui sont plus « underground » que d’autres, c’est devenu populaire. Comme il y a eu un phénomène de Disco, de Funk, il y a celui du hip hop aujourd’hui.

Aujourd’hui, tous les rappeurs qui passent à Paris vont venir faire un showcase au Bain Paris et ça ne pose aucun problème. A l’époque, c’était difficile de se faire booker dans un club quand t’étais un rappeur. Et ce n’est plus du tout le cas aujourd’hui.

Du coup tu suis un peu ce qu’il se passe encore dans le monde de la musique et de la nuit en ce moment ?

Non. J’ai passé l’âge. J’ai tourné la page, il faut laisser la place aux jeunes ! Je ne suis plus trop dans la nuit. J’ai toujours mon petit pêché, c’est la mode, le vintage. C’est mon premier amour.

Justement ! Comment tu es passé de la mode, à la nuit, au Vintage ?

C’est que tout ça est compatible. Dans le monde de la nuit, t’as besoin de te faire beau. Donc t’es obligé d’aller chercher des vêtements. Même le sport rentre là-dedans.

Mais alors d’où te vient cette passion du vintage ?

J’ai toujours été proche des vraies valeurs. C’est-à-dire que quand j’étais plus jeune, il y avait le disco et moi, je kiffais le « Jerk ». J’ai toujours été en décalage. Mes parents ont toujours écouté de la vielle musique. C’est une culture. Quand j’étais petit, je voyais mon père s’habiller et je kiffais comment il s’habillait. J’avais plus envie de m’habiller comme mon père. Aujourd’hui, je m’habille comme lui quand il était jeune. J’ai ce goût d’aller à contre-courant de ce qui se fait.

Et que penses-tu de ce retour du Vintage aujourd’hui ?

Honnêtement, ce qu’on voit aujourd’hui ce n’est pas du vintage. C’est du vintage pour une certaine catégorie de gens. Il faut se dire que Vintage c’est « 20 ans d’âge ». Tous les 20 ans, le vêtement deviens vintage. Moi je préfère l’antique. Le vintage aujourd’hui : les gamins, ils portent des trucs des années 80-90. Moi, je les ai portés ces vêtements à l’époque. Moi je préfère porter des trucs que je n’ai jamais pu porter, comme les années 20,30,40,50,60. C’est ça qui m’attire, tout ce côté cinématographique, c’est quelque chose qui m’a marqué dans ma jeunesse.

De quelle façon tu portes donc ces vêtements ?

Il faut réajuster. Tu ne peux pas porter des vêtements des années 20 comme ça par exemple. Je peux porter des pattes d’eph mais pas comme dans les années 70. Je vais l’adapter pour pas que ce soit trop extravagant. Je suis à la recherche du classique de l’époque, mais pas du côté excentrique. Quelqu’un qui me croise peut me trouver excentrique parce que « bling bling » et tout, mais au fond de moi, c’est très simple. J’essaye de cultiver la différence.

Et la basket dans tout ça ?

Moi aujourd’hui, je suis dans l’admiration de la basket. Ce n’est pas dans ma culture et j’accepte parce que j’ai cette sensibilité mode. Je comprends le truc et en même temps non. Dans le sens où moi à mon époque, la basket c’était pour faire du sport. Mais rien ne m’empêche de porter des baskets aujourd’hui. Je peux porter un beau costume et une paire de basket, je peux comprendre ça. J’ai vu les rappeurs à l’époque avec des supers paires de Jordan et des costumes, je trouve ça extraordinaire. Ils ont apporté une différence au côté basique, classique. Ils ont apporté quelque chose dans la mode, la basket a apporté quelque chose de très important dans la mode et a sa place dans ce milieu. Tu peux être une star, bien sappée et tout et porter une paire de basket. Avant on ne voulait même pas que les gens entrent en club en basket et maintenant c’est complètement normal.

Donc toi, tu as vécu ce passage de la basket du sport au lifestyle ?

C’était un truc extraordinaire. C’est comme le hip hop quand ça a commencé, personne n’y croyait. Cette évolution fait partie de l’évolution de la mode et des gens. Regarde comment les gens s’habillent dans la rue maintenant. Des fois, tu te demandes comment il a pensé à ça, comment il a fait. La basket c’était le même mécanisme d’évolution. Je vois ma fille qui a 18 ans qui porte des baskets avec une robe, je me dis « yes c’est classe, je kiffe ça », je kiffe voir ça, cette évolution m’intéresse beaucoup. Et c’est top aussi parce que ça amène les baskets dans les villes. La basket a apporté une vraie différence et c’est ça que j’adore, je suis complètement pour. Aujourd’hui, tous les bobos portent des baskets. Maintenant, tout ce que tu vois en banlieue, tu le vois dans le 16ème.

Merci de nous avoir parlé!

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Back to Top